There's a feeling you give me, an everglow [Jul]

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Paul McMahon
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 772
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller ▪️ Julia Wells ▪️ Pio Esposito ▪️ Martin Palmer ▪️ Emmy Nelson-Riley ▪️ Oscar Pierce ▪️ Declan Pryce ▪️ Dan Fumero ▪️ Tommy Abberline
There's a feeling you give me, an everglow [Jul] Vide

There's a feeling you give me, an everglow [Jul] ✻ ( Mar 4 Juin - 21:49 )












D’aussi loin que je m’en souvienne, Joan et moi n’avons jamais réellement eu de vrai rendez-vous. J’avais beau me creuser la tête, envisager la chose sous tous les angles, mais non ce n’était jamais arrivés. A chaque fois il y avait William, et quand ce n’était pas William parce qu’il était avec Peter, alors c’était un frère de Joan, ou alors un membre de ma propre famille. Les rares fois où on avait voulu programmer des choses, tout était tombé à l’eau. Ce n’était pourtant pas faute d’essayer, mais à chaque fois un imprévus venait contrecarrer nos plans et à force j’avais fini par me faire à l’idée et puis au final cela ne me dérangeait pas vraiment. Parce que les moments que l’ont partageait à 3 avec William était plus merveilleux les uns que les autres et je devais avouer que les frères de Joan me faisait beaucoup rire.
Cependant, aujourd’hui j’étais décidé à conjurer le mauvais sort et j’avais essayé de tout programmer sans que tout soit à respecter à la lettre. J’avais juste prévenu Joan une semaine à l’avance de notre rencard de ce soir pour qu’on puisse s’organiser avec William et nos emplois du temps et miracle de la vie, nos planètes se sont alignés. Surtout que j’estimais qu’après les dernières semaines, on avait besoin de se retrouver avec Joan. J’étais toujours en guerre avec sa mère, mais c’était le genre de guerre froide très malaisante et même si je prenais sur moi par moment c’était plutôt compliqué de devoir juste sourire sans rien dire. J’avais espoir qu’un jour elle m’accepter à nouveau comme l’un des leurs. Parce que même si je n’acceptais pas tout, même si cela me démangeait de l’envoyer sur les roses, j’aimais beaucoup Maman Pryce et elle allait devoir se faire à l’idée que je faisais parti de la famille et puis avec les dernières révélations concernant ses aventures et la filiation de Joan, elle était plutôt mal passé pour me faire la morale. Je n’osais imaginer à quel point cela avait pu perturbé Joan, ni à quel point cela avait pu lui faire du mal, mais j’étais là et pendant cette période difficile, j’avais mis mon égo de côté, parce qu’il y avait beaucoup  plus important au final.
En tout cas le grand soir était enfin arrivé. William était avec Peter comme ça Joan n’aurai aucune raison de s’inquiéter outre mesure, j’avais réservé dans un excellente restaurant et surtout j’avais mis mon plus beau costume juste pour ses beaux yeux. « Je mets quelle cravate à ton avis ? La bleue, la verte ou la noire ? » Je me sentais aussi excité que mes joueurs quand ils avaient une soirée où qu’ils devaient demander à une fille d’aller au bal. « Toi aussi tu penses que la bleue c’est la mieux ? » Oui c’était sûrement le meilleur choix à faire, mais en même temps est ce que la noire ne serait pas mieux ? Plus classique et traditionnelle ? « Sache que j’ai réservé dans un restaurant italien très sympathique » Et j’espère qu’à cette annonce les yeux de Joan pétilleraient de bonheur. « Tu pourrais même choisir ce que tu veux manger, sans me forcer à prendre des pâtes au pesto » Cela n’était arrivé qu’une seule fois que Joan me force à manger du pesto, mais j’en gardais un souvenir horrible. J’en avais même encore le goût du pesto en bouche rien qu’à y penser. Nupe, nupe, nupe plus de pesto pour moi. « Et je sais pas si je te l’ai déjà dit, mais je suis vraiment content de cette soirée » Je m’approchais doucement d’elle pour l’embrasser pour ensuite la regarder en souriant. J’avais vraiment la chance d’être avec la plus belle femme du monde et des fois j’avais encore du mal à y croire. « Tu me préviens quand tu seras prête » C’était petit, c’était nul, mais cela me faisait rire de taquiner Joan avec ses préparations à rallonge et le fait qu’elle était toujours en retard.




lumos maxima


† Happier with you


There's a feeling you give me, an everglow [Jul] 8Ep6Ko6n_o
Revenir en haut Aller en bas
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Joan Pryce
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 09/07/2017
›› Commérages : 1629
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Italia Ricci
›› Schizophrénie : Asher James ›› James Campbell ›› Calie Washington ›› Rose Milligan ›› Kate Rhodes ›› Brane Malone ›› Joren De Hoop
There's a feeling you give me, an everglow [Jul] Vide

Re: There's a feeling you give me, an everglow [Jul] ✻ ( Lun 10 Juin - 15:45 )

There's a feeling you give me, an everglow
Paul & Joan

Joan apprécie d’enfin pouvoir se concentrer sur autre chose que sur le chaos que représente sa famille. Ça fait des semaines qu’elle ne pense à rien d’autre qu’à cette rencontre un peu étrange avec son père biologique, qu’elle se pose les mêmes questions en boucle. Elle a été naïve de croire qu’avec le temps, cette histoire finirait par se tasser. Joan pensait qu’avec le recul, elle aurait été capable de mieux digérer l’information et de savoir comment agir. Visiblement, elle s’est mis le doigt dans l’œil. Elle regrette même d’avoir mis ses frères dans la confidence, parce qu’elle ne voulait pas être celle qui brise leur famille. Depuis, elle évite tous les repas de famille au même titre que tout appel ou message provenant de sa mère. Cette dernière semble vouloir faire comme si de rien n’était pour ne pas provoquer un divorce mais Joan, elle n’est pas capable de faire semblant. Elle ne peut pas simplement effacer de sa mémoire tout ce qu’elle a vécu dernièrement. Elle ne peut pas non plus accepter de mentir à son père, continuer à le regarder droit dans les yeux en faisant comme si elle était sa fille biologique alors qu’elle sait que ce n’est pas le cas. Et elle en veut à sa mère de vouloir préserver le mensonge. Même si fuir n’est certainement pas la solution au problème, ça lui fait du bien de se couper de cet environnement toxique. Quand Paul lui propose une soirée en tête-à-tête, elle ne met pas longtemps avant d’accepter. Le monde continue de tourner, après tout. À défaut de se focaliser sur tout ce qui va de travers en ce moment, la brune choisit d’accorder toute son attention à Paul. Elle ne sait même pas si elle aurait pu supporter les trois quarts de ce qu’elle a supporté dernièrement si ça avait été sans lui. Bien qu’elle ne se soit pas énormément ouverte à lui, il s’est montré présent. Le simple fait de sentir qu’elle n’était pas toute seule lui a fait beaucoup de bien. Cette soirée à deux, c’est autant une façon pour eux de se rattraper sur ce qu’ils n’ont jamais eu l’occasion de faire, que pour Joan de le remercier. La brune a même acheté une nouvelle robe pour cette soirée. Elle a envie de faire les choses bien, pour une fois. Apparemment, Paul a eu la même idée qu’elle. Le simple mot cravate lui arrache un sourire. Joan se tourne vers lui pour mieux l’observer et définir laquelle de ces trois cravates est la plus adaptée au costume de Paul. « Mh, en réalité je me disais que la noire allait mieux avec ton costume. » Elle lui lance un sourire puis reporte toute son attention sur son maquillage, le corps encore enroulé dans une serviette de bain. Elle marque un nouveau temps d’arrêt quand le brun lui parle de restaurant italien. « Gesu Maria ! Je vais encore prendre dix kilos et ne plus pouvoir rentrer dans mes nouveaux jeans. Tu as de la chance que je t’aime, Paul McMahon. » Elle sent que cette histoire de pâtes au pesto lui ouvre l’appétit. Ça la motiverait presque à passer la vitesse supérieure pour être prête dans les temps. « Moi aussi. Pour le coup, je suis obligée d’admettre que c’était une bonne idée. » La brune abandonne ses pinceaux quand elle sent Paul se rapprocher d’elle. Elle pose machinalement une main sur sa joue pour faire durer le baiser, non sans sourire contre ses lèvres à lui. « Promis, je vais me dépêcher. » Souffle-t-elle en l’embrassant une seconde fois. « Quoiqu’à force de m’embrasser comme ça, ça me donne pas envie de m’habiller. J’ai plutôt envie de te déshabiller. » Elle finit par se lever pour glisser ses bras autour de son cou. « J’espère qu’après les pâtes au pesto, j’aurais le droit à une nuit de sexe en folie. » Joan embrasse une dernière fois le bout de ses lèvres, et parvient à se détacher du jeune homme. « Dans cinq minutes je suis prête ! » S’exclame-t-elle avant de s’enfuir vers la salle de bain, où sa robe l’attend. Dans les faits, Joan aurait dû être prête rapidement. Sauf que les cinq minutes se transforment plutôt en trente, et elle est presque gênée de retrouver Paul après tout ce temps dans le salon. « Franchement, t’abuses Paul. Ça fait trois heures que je t’attends ! Il va vraiment falloir que tu apprennes à te dépêcher. » Tout en faisant mine d’être fâchée après lui, elle enfile sa veste et attrape son sac. « Mon sac n’est pas du tout accordé à ma tenue, alors je devrais aller en chercher un autre. Mais vu qu’on est déjà en retard - par ta faute - j’accepte de sortir avec celui-ci. » En réalité, elle se retient de ne pas rapidement courir à l’étage pour choisir un sac bien plus adapté que celui qu’elle tient actuellement. C’est que Joan, elle aime bien que sa tenue soit parfaitement accordée, jusque dans les moindres détails.
✻✻✻
CODES ©️️ LITTLE WOLF.


    poor (adjective) when you have too much month at the end of your money.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Paul McMahon
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 772
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller ▪️ Julia Wells ▪️ Pio Esposito ▪️ Martin Palmer ▪️ Emmy Nelson-Riley ▪️ Oscar Pierce ▪️ Declan Pryce ▪️ Dan Fumero ▪️ Tommy Abberline
There's a feeling you give me, an everglow [Jul] Vide

Re: There's a feeling you give me, an everglow [Jul] ✻ ( Mer 19 Juin - 15:45 )












Le choix d’une cravate ne se faisait pas au hasard et j’avais besoin des conseils d’une pro, persuadée que Joan allait choisir la bleue également. Est ce que j’étais déçu par son choix ? Non pas vraiment, mais je regardais quand même la noire de travers avant de l’enfiler et de faire un joli nœud tout en lui indiquant que ce soir je répondait à l’un de ses fantasmes les plus pures. Un restaurant italien. « Gesu Maria ! Je vais encore prendre dix kilos et ne plus pouvoir rentrer dans mes nouveaux jeans. Tu as de la chance que je t’aime, Paul McMahon. » 10 kilos c’était peut-être en faire un peu trop non . Puis au pire ça ferait toujours plus de Joan à aimer. « Je connais des moyens très efficaces pour éliminer les calories si tu veux » A commencer par le sexe, mais surtout par le sport. Mais le jour où Joan fera du sport avec passion et envie alors l’apocalypse aurait lieu. En tout cas j’avais vraiment hâte de cette soirée, je sentais qu’on en avait tous les deux besoins. De penser à tout sauf à ce qui se passait actuellement. « Moi aussi. Pour le coup, je suis obligée d’admettre que c’était une bonne idée. » Je pourrais la jouer modeste, mais la tentation était trop grande. « J’ai toujours des bonnes idées, tu devrais le savoir » Sauf le jour où j’ai voulu me teindre les cheveux où quand j’avais décidé de réveiller Joan à 6h du matin pour qu’elle vienne courir avec moi.
J’étais tellement impatient de cette soirée, que j’étais déjà prêt et comme d’habitude j’attendais Joan. Alors, je devais l’avouer venir l’embrasser n’était pas la meilleure idée pour qu’elle se dépêche, mais j’aimais vivre dangereusement. « Quoiqu’à force de m’embrasser comme ça, ça me donne pas envie de m’habiller. J’ai plutôt envie de te déshabiller. » Je ne serais absolument pas contre, j’étais prêt à desserrer mon nœud de cravate tout de suite, mais je me contentais d’agir sagement. Je l’embrassais une nouvelle fois, laissant mes mains glisser sur sa serviette. « J’espère qu’après les pâtes au pesto, j’aurais le droit à une nuit de sexe en folie. » Elle n’avait pas à s’inquiéter, c’était exactement ce que j’avais en tête. « Une nuit de sexe endiablé pour t’empêcher de prendre 10 kilos » Qui accessoirement pouvait également m’empêcher d’en prendre aussi. J’étais peut-être un athlète, mais on était à l’abris de rien et c’était presque avec regret que je voyais Joan repartir pour se préparer. Elle m’annonçait 5 minutes, mais je la connaissais suffisamment pour savoir que c’était faux et en l’attendant j’allais m’installer dans le canapé.
J’avais zappé sur un nombre incalculable d’émission et de série, mais rien qui n’avait su me captiver. Par contre plus je regardais ma montre et plus j’avais l’impression que le temps s’allongeait. Depuis quand 5 minutes étaient l’équivalent de 30 minutes ? « Franchement, t’abuses Paul. Ça fait trois heures que je t’attends ! Il va vraiment falloir que tu apprennes à te dépêcher. » Pardon ? Qu’est ce qui s’était passé ? Je sortais de mon état léthargique pour faire face à Joan. « J’ai eu le temps de faire 10 micro-sieste en t’attendant. D’ailleurs il me semble même avoir vu que le pesto était sur le point de disparaître de la surface de l’humanité » Alors si elle voulait avoir la chance d’en manger une dernière fois ce soir, on ferait mieux de sortir. J’étais déjà à la porte, quand je me retournais vers Joan qui semblait en plein conflit intérieur. « Mon sac n’est pas du tout accordé à ma tenue, alors je devrais aller en chercher un autre. Mais vu qu’on est déjà en retard - par ta faute - j’accepte de sortir avec celui-ci. » Je la regardais en souriant, elle avait toujours des débats avec elle même qui me dépassait. « Est ce que changer de sac va te prendre 5 vraies minutes ou 5 fausses minutes ? » Parce que si elle me faisait le même coup que tout à l’heure, je retournais directement me coucher. Après une longue discussion avec elle-même – et avec moi, mais elle faisait les questions réponses – on était enfin dans la voiture prêt à partir. « Tu devrais couper ton téléphone tout de suite avant qu’on soit interrompu par Declan, Sebastian, ou alors le pape en personne » J’avais encore en mémoire le week-end où on avait du conduire son frère aux urgences et parce que ma famille pouvait se montrer enquiquinante aussi, je coupais le mien que je laissais comme une pauvre chaussette en dessous de l’auto radio.
Tout au long de la route, je lançais des regards furtifs à Joan tout en me concentrant sur la route. On avait pas fait ce genre de soirée depuis une éternité et j’avais presque l’impression qu’on se retrouvait. D’ailleurs, je jouais au parfait gentleman en allant lui ouvrir la portière et en l’aidant à descendre de voiture. « Soit pas trop déçue, je n’ai pas privatiser le restaurant. J’ai pensé à ces pauvres gens qui comme toi pourrait tuer pour une pizza » Partager une pizza avec Joan ce n’était pas compliqué. L’épreuve commençait quand il ne restait plus qu’une part et qu’il fallait se battre pour celle-ci. Heureusement malgré un retard considérable notre table était toujours disponible, dans un petit coin bien sympathique et à peine installé on nous avait déjà ramené du champagne. « On ne peut pas dire qu’il fasse semblant avec le service » Je me sentais presque impressionné par cette rapidité d’exécution et je prenais ma coupe pour la lever vers Joan. « A nous et à cette soirée » Autant le dire, présentement je me sentais l’homme le plus chanceux du monde.




lumos maxima


† Happier with you


There's a feeling you give me, an everglow [Jul] 8Ep6Ko6n_o
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


There's a feeling you give me, an everglow [Jul] Vide

Re: There's a feeling you give me, an everglow [Jul] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

There's a feeling you give me, an everglow [Jul]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération