i'll always let you win to make you happy (paul)

 :: the city of cap harbor :: Pacific Academy School
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Diego Abberline
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 01/05/2019
›› Commérages : 54
›› Pseudo : asgardian (sophie)
›› Célébrité : sam claflin
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b.skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) et elijah livingston (j. mcavoy)
i'll always let you win to make you happy (paul) Vide

i'll always let you win to make you happy (paul) ✻ ( Jeu 6 Juin - 12:21 )


paul & diego

i'll always let you win to make you happy


Pouvoir commencer sa journée de boulot en fin d'après-midi fait partie des plaisirs d'être gérant d'un bar. Il pourrait même ne faire qu'un soir par semaine que Diego, il aurait assez d'argent que pour vivre de manière plus correcte. Il les aura toutes connues, les différentes situations financières possibles. Gamin de riche, puis pauvre type à la rue qui peine à s'offrir un séjour à motel. Et voilà que maintenant, Diego gagne une bonne somme quotidiennement par des moyens autant légaux qu'illégaux. Après tout, le bar n'a jamais été qu'une facette pour ce qu'il s'y passait derrière. Ne pas participer aux ventes et en ramasser un bonus malgré tout, c'est ainsi qu'il arrive à ne pas se faire choper. Diego, il est le genre de type qu'on pourrait facilement détester tout en ressentant une certaine forme de respect envers lui. Ça lui plaît d'ailleurs, ça gonfle son ego quand il entre dans un bar et qu'il entend son prénom au bout des lèvres d'un bon nombre d'inconnus. Pourtant, à coté de tout ça, Diego reste un type normal. Il l'est en ce moment d'ailleurs, au volant de sa voiture de sport qui traverse les rues de la ville à toute allure. Si il connaît beaucoup de monde grâce à ses différentes activités, il n'y en a qu'en quelques personne à qui il se permet d'accorder sa confiance. Paul est l'une d'elles, il a toujours fait partie de la vie de Diego bien que des fois, c'était de loin. Faut dire qu'il y a eu un moment où il a mis de la distance avec tout le monde mais il a fini par revenir et avec Paul, ça s'est remis en place comme si il n'y avait jamais eu de silence entre eux. Après s'être garé sur le parking du lycée de Cap, Diego jette un coup d'oeil à sa montre. Il est seize heures passées de quelques minutes et si il se rappelle bien ce qui lui a un jour dit Paul, son entraînement avec les jeunes devrait s'être terminé depuis peu. Diego sort de sa voiture et, alors qu'il aurait de quoi s'offrir des vêtements chics, il porte actuellement un training et un vieux t-shirt rouge. Il a eu envie de jouer au sportif aujourd'hui, ça fait d'ailleurs bien longtemps qu'il n'a plus eu l'occasion de frapper dans le ballon. Il glisse ses clés de voiture avec son portable dans la poche de son training et marche d'un pas rapide jusqu'au terrain. Sans surprise, Paul est toujours là. C'est qu'il a mémorisé son horaire Diego et même si ça pourrait sonner psychopathe dit comme ça, lui prétend que c'est pour une question d'organisation. C'est qu'il a toujours bien aimé pouvoir ton contrôler, avoir toutes les ficelles d'une situation pour la tourner à son avantage. « T'es si souvent sur ce terrain que je suis surpris qu'ils ne l'aient pas encore renommé en ton nom, » dit-il en entrant sur le terrain avant de prendre une balle de basket entre ses mains. De sa place, il tire en direction du panier et la balle vient rebondir sur le cerceau. Effectivement, Diego a clairement besoin de se remettre dans le bain. Il oublie momentanément la balle et s'approche de Paul pour lui offrir une accolade virile. « Alors, t'as su faire de tes jeunes des mini Michael Jordan ? » demande-t-il avec un sourire amusé. Diego avait juste dit à Paul par SMS que ça lui ferait plaisir de le revoir un de ces quatres, mais il n'avait pas prévenu qu'il débarquerait aujourd'hui. Il récupère la balle qui a roulé jusqu'à leurs pieds. « Comme tu peux le voir, je me suis mis en condition pour un petit match amical. J'espère que t'as rien de mieux de prévu, vous les gens en couple avez toujours une excuse pour éviter de perdre. » Un sourire joueur vient étirer ses lèvres avant qu'il n'ajoute « Promis, j'irai mollo. » Il fait le fier Diego alors qu'au fond, c'est évident que Paul le ratatinerait haut la main si il le voulait.


AVENGEDINCHAINS



☽☽ With your feet in the air and your head on the ground, Try this trick and spin it, yeah. Your head will collapse But there's nothing in it. And you'll ask yourself Where is my mind ?

Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Paul McMahon
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 768
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller ▪️ Julia Wells ▪️ Pio Esposito ▪️ Martin Palmer ▪️ Emmy Nelson-Riley ▪️ Oscar Pierce ▪️ Declan Pryce ▪️ Dan Fumero ▪️ Tommy Abberline
i'll always let you win to make you happy (paul) Vide

Re: i'll always let you win to make you happy (paul) ✻ ( Mer 19 Juin - 11:41 )












C’était la dernière ligne droit. On avait gagné la demi finale du championnat et la maintenant la finale était plus qu’à quelques pas de nous. Le trophée également. Gagner cette finale c’était d’autant plus de chances pour mes joueurs et pour moi aussi. L’année dernière on avait échoué, mais je ne comptais pas reproduire le même schémas et c’était bien pour ça que je faisais bien plus de discours d’encouragement, que j’intensifiais les entraînements et que je me comportais comme une mère poule avec eux. Mais je savais aussi qu’ils avaient besoin de repos et de penser à autre que le basket par moment. Pour cette unique raison j’avais fait un entraînement beaucoup plus léger pour qu’il puisse profiter de leur soirée. Je comptais sur eux pour se montrer suffisamment raisonnable. Et si ce n’était pas le cas, ce n’était sûrement pas moi qui allait le regretter. Contrairement à mes joueurs je comptais rester encore un peu pour faire quelque panier. J’étais tellement perdu et concentré dans mon jeu et mes dribble, que je n’avais pas entendu que quelqu’un était également présent. « T'es si souvent sur ce terrain que je suis surpris qu'ils ne l'aient pas encore renommé en ton nom, » Je m’arrêtais et tourner la tête pour voir Diego et avant de  lui répondre je regardais le trajet de son ballon. Il était un peu rouillé le garçon. « Figure toi que j’ai déjà soumis l’idée au principal, mais il s’est contenté de rigolais sans me répondre, donc je pense que je vais devoir attendre ma mort pour passer à la postérité » Qu’on se le dise, le jour où je viendrais à mourir, j’irai hanter tous les gens susceptible de pouvoir prendre la décision de décider de changer le nom de terrain, mais j’avais encore le temps avant que ça n’arrive. « Alors, t'as su faire de tes jeunes des mini Michael Jordan ? » Pas encore, mais je ne perdais pas espoir. « J’ai deux joueurs qui ont eu des bourses l’année dernière et cette année encore, j’ai pas mal de recruteur qui doivent venir » Peut-être qu’ils voulaient me recruter aussi, on ne savait pas, mais en tout cas j’avais beau espoir pour les jeunes.  Comme tu peux le voir, je me suis mis en condition pour un petit match amical. J'espère que t'as rien de mieux de prévu, vous les gens en couple avez toujours une excuse pour éviter de perdre. » Je rigolais de ses petites piques d’avant match. Typique des gens qui savaient qui allaient perdre, mais avec Diego c’était de bonne guerre. « J’ai tout mon temps pour te mettre une raclée t’inquiète pas. Joan doit déposer William chez son père, donc tout va bien » Quand c’était comme cela, ils essayaient de passer du temps à 3. Je le comprenais, j’avais toujours un peu de mal, mais maintenant j’arrivais à ne plus imaginer le pire donc c’était une bonne chose. Ma révolution était en marche et je comptais bien étouffer celle de Diego. « Par contre, pour quelqu’un en forme t’aurai pas pris un peu de poids par rapport à la dernière fois » C’était triste pour lui quand même. « Promis, j'irai mollo. » Je me sentais presque ému et touché par cette attention. « Parce que tu es en quelque chose mon invité, je vais quand même te laisser l’honneur de la première balle » Je lui envoyait un ballon avec mon plus beau sourire. « Si tu te souviens plus trop des règles, le but c’est de mettre ce magnifique ballon orange dans le panier » Je me moquais ouvertement de Diego et j’en éprouvais aucune honte, au contraire cela me faisait rire. « Oublie pas non plus que les coudes sont interdit. Du moins dans le visage, après j’ai des comptes à rendre » A Joan et surtout à mes joueurs que j’engueulais au moindre bleu que je pouvais apercevoir.




lumos maxima


† Happier with you


i'll always let you win to make you happy (paul) 8Ep6Ko6n_o
Revenir en haut Aller en bas

i'll always let you win to make you happy (paul)

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Pacific Academy School
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération