i kept for you the brightest spot of my mind (lilias)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Elijah Livingston
LOVE MAKES A FAMILY.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 28/02/2019
›› Commérages : 139
›› Pseudo : sophie
›› Célébrité : james lord mcavoy
›› Schizophrénie : ozzy ackerman (b. skarsgard), alma worrell (h. sage), peter shacklebolt (a. taylor-johnson), misha castillo (a. de armas), nova hamilton (o. holt) & diego abberline (s. claflin)
i kept for you the brightest spot of my mind (lilias) Vide

i kept for you the brightest spot of my mind (lilias) ✻ ( Mar 6 Aoû - 17:44 )


Lilias & Elijah

i kept for you the brightest spot of my mind


Si autrefois il ne supportait pas de devoir rester en place, Elijah se surprend aujourd'hui à être plutôt attaché à ses routines quotidiennes. Se lever tous les jours à la même heure, préparer le petit-déj' de Tim tout en grignotant à la va-vite un mélange de céréales et de morceaux de fruits, le conduire à l'école après s'être assuré qu'il possédait ses écouteurs, son encyclopédie sur l'entièreté des animaux marins, et sa paire de chaussettes de rechange si celle qu'il porte a le malheur d'être humide. Timothy est un garçon difficile à vivre, certes, mais Eli a fini par s'habituer à toutes ses manies qui s'accumulent jour après jour. Maintenant, il arrive même à être prévoyant juste à temps avant que l'adolescent atteint d'autisme ne décide de piquer une crise sur le pas de la porte, éveillant la curiosité des voisins. Et dès que Timothy s'éloigne pour se rendre à son premier cours, écouteurs vissés dans ses oreilles, Elijah se rend à l'Université en empruntant encore une fois le chemin habituel. Il a toujours eu un faible pour les parcs et comme il n'a pas de chien à promener, il emprunte celui de Belle Heaven chaque matin avant de se rendre au boulot. Il apprécie de voir ces grandes étendues d'herbe sur lesquelles sont parfois couchés des coureurs fatigués, ou des canards flemmards qui attendent qu'on leur donne à manger. Et puis marcher lui donne bonne conscience, lui qui ne fait que très peu de sport soit-disant à cause d'un manque de temps. En chemin, les pensées d'Elijah se perdent. Il songe d'abord à la dernière soirée passée avec Giovanni, soirée où il a encore une fois réussi à se faire un coup bleu de la taille de son poing au niveau de la cuisse juste en se retournant contre une table. Puis il pense à Sofia, à son visage sur lequel ses pensées s'attardent un instant. Il ne saurait trop dire si ils sont officiellement ensemble elle et lui mais une chose est sûre, Elijah est bien en présence de l'italienne. Elle lui change les idées, elle apaise la machine qu'est son cerveau et qui ne cesse de sur-chauffer. Le regard perdu dans le vide, il ne fait pas vraiment attention à la personne qui marche dans le sens inverse, dans sa direction. Il remarque d'abord un chien, petit et noir, et se dit qu'il aurait très bien pu en adopter un pareil si il ne craignait pas la réaction de Timothy. Son regard croise brièvement celui de la personne qui tient la laisse et encore une fois, Eli n'est pas attentif. Il ne percute pas car pour lui, l'idée est impensable, inimaginable même. Ce n'est qu'après avoir fait un pas supplémentaire que la réalité le frappe de plein fouet, une claque contre sa joue qui l'immobilise sur place et interrompt les battements de son coeur l'espace d'une seconde. Lentement, Elijah se tourne sur lui-même sans savoir si il a rêvé, si le visage de Lilias n'était rien d'autre qu'un mirage créé par son imagination sans qu'il ne sache pourquoi sa tête se serait soudainement mise à penser à son ex. Mais non, Eli n'a pas rêvé. Elle est bien là Lilias, ses cheveux un peu plus longs que dans ses souvenirs et ses yeux plus pétillants. « Lilias ? »  C'est toujours ce réflexe stupide que n'importe qui a lorsqu'il revoit une personne après un long moment, comme si il voulait faire croire qu'il n'était pas certain de si il devait faire confiance à ses souvenirs alors qu'Elijah, il n'aurait jamais pu la confondre avec une autre. Il l'a trop bien connue, chaque parcelle de son corps, chaque trait de son visage. Et alors qu'il devrait pouvoir se comporter comme un adulte mature face à elle, un simple sourire et un "je suis ravi de te revoir" avant de partir chacun de son coté, voilà qu'il sent son coeur s'emballer. Il ne s'y attendait pas, ça le prend trop par surprise que pour qu'il puisse fonctionner correctement. « Je ne savais pas que tu étais en ville, » ajoute-t-il sans réussir à cacher sa surprise. Elijah n'a jamais été quelqu'un de rancunier. Il pardonne au contraire assez facilement, surtout qu'il n'a pas de véritable raison d'être en colère contre elle vu les années qui ont passé, l'eau qui a coulé. « Mais ça me fait plaisir de te revoir. » Sincèrement, même. Et ça ne le laisse pas indifférent, il suffirait de demander aux oiseaux de se taire pour entendre les battements de son coeur qui empliraient l'espace.


AVENGEDINCHAINS


You know she beat me at darts and then she beat me at pool And then she kissed me like there was nobody else in the room. I could have that voice playing on repeat for a week.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Lilias Bowie
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur
›› Cap Harbor since : 15/06/2019
›› Commérages : 42
›› Pseudo : cathoue, freeze
›› Célébrité : bryce dallas howard
i kept for you the brightest spot of my mind (lilias) Vide

Re: i kept for you the brightest spot of my mind (lilias) ✻ ( Lun 12 Aoû - 18:09 )


I KEPT FOR YOU THE
BRIGHTEST SPOT OF MY MIND
elijah livingston
Les petites pattes d'Enzo gambadaient dans l'un des sentiers de la ville. Lilias en était encore à ses premiers levers du soleil à Cap Harbor et jusqu'à maintenant, elle ne s'y sentait pas trop mal, même qu'elle commençait à s'y sentir chez elle. Le contrat du local avait officiellement été signé, elle avait emménagé ses meubles et toutes ses choses dans son appartement et finalement, Bowie Productions prendrait physiquement vie au cours des prochaines semaines. Enzo, lui, semblait tout aussi bien s'adapter à leur nouvelle vie. Il n'aurait pas le temps de s'ennuyer de la vie tournée, d'une part parce qu'ils repartiraient bientôt, mais d'une autre, parce que la ville avait aménagé un parc à chiens où il s'y ferait des amis et parce que la voisine d'en face laissait toujours son petit caniche miniature en liberté. Les deux canins avaient déjà fait connaissance, d'ailleurs. La rouquine profitait de ce matin bien tranquille, café à la main et laisse d'Enzo dans l'autre. Elle avait quelques plans pour la journée, dont celui de se rendre au local et d'y rencontrer une nouvelle fois le propriétaire, question de lui présenter le plan final de ce qu'elle souhaitait y aménager. L'homme d'affaires avait été bien heureux de recevoir le coup de fil de Lilias, il était persuadé qu'une telle entreprise ferait facilement sa place au sein de la ville et saurait apporter un petit plus à la vie de la communauté.

Lilias replaçait difficilement une mèche de cheveux derrière son oreille lorsqu’elle entendit son prénom. La rouquine fronça les sourcils, l’air interrogatif, puis tourna les talons. Doucement, ses lèvres se détachèrent, l’air légèrement hébétée. Ses cheveux en bataille, sa barbe aux parcelles rousses toujours de la même longueur. Ses traits étaient différents, mais pas tant que ça finalement. « Je ne savais pas que tu étais en ville », ajouta Elijah, un sourire se dessinant sur ses lèvres. Lilias ne saurait décrire ce qu’elle ressentait en elle, à ce moment. Leur histoire était loin derrière eux, ils avaient vieillit et tourné la page sur ce qu’ils avaient été. « Elijah, quelle surprise ! Je viens tout juste d’arriver, à vrai dire. » C’était peut-être un demi mensonge, peut-être une demi vérité. Lilias avait su entre les branches qu’Elijah s’était installé à Cap Harbor, mais elle ignorait s’il y demeurait toujours, ni dans quel coin de la ville elle risquait de le croiser. La jeune femme s’approcha de celui avec qui elle avait partagé une décennie et lui fit la bise. Entre eux, Enzo s’excitait. Ses pattes avant sur les tibias d’Elijah, Lilias s’excusa. « Désolée, il est un peu trop sociable », dit-elle suivi d’un court rire. « Ça me fait plaisir de te revoir. » Ils ne s’étaient jamais reparlé, ils n’avaient jamais abordé son départ – ce départ fait dans l’ombre, dans le silence. Lui en avait-il voulu ? Avait-il cherché à la retrouver ? « Pareillement, comment vas-tu ? » Quelques passants défilaient autour d’eux, mais Lilias ne les voyait plus vraiment.
FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas

i kept for you the brightest spot of my mind (lilias)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération