Jovana ¤ gold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Jodie Olliver

Jodie Olliver
( ‹ I'M A SPECIAL KIND. )
›› Cap Harbor since : 19/09/2019
›› Commérages : 66
›› Pseudo : falling_river
›› Célébrité : Shailene bae Woodley
Jovana ¤ gold Vide

Jovana ¤ gold ✻ ( Ven 20 Sep - 18:01 )




amitié
sentiment réciproque d'affection ou de sympathie qui ne se fonde ni sur la parenté ni sur l'attrait sexuel.

savana & jodie

Le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'est plus de son âge. C'est moche à dire, ça fait un peu vieux flic sur le déclin qui se décide à faire un plan retraite après une course poursuite d'une distance de deux mètres, mais c'est la dure vérité. A croire que la vingt-cinquième année de vie est un palier et qu'une fois qu'on l'a franchit, c'est la débandade. Ca a commencé doucement, le temps s'insinuant dans les pores de sa peau, l'obligeant d'abord à investir dans des crèmes anti-rides toutes plus exorbitantes les unes que les autres; une chance que Billie ait une collection vertigineuse de produits de beauté dans laquelle Jodie, lorsqu'elle lui rend visite, peu piocher sans craindre les représailles. Tartine le matin, le soir et sa peau ne semble pas s'affiner le moins du monde, mais même si elle se moque ouvertement de ces filles qui perdent du temps sur leur physique, elle insiste. Le plus douloureux, dans cette histoire, c'est donc de réaliser qu'elle n'est plus en mesure de se coucher à des heures indécentes et être en forme le reste de la journée. Elle aurait du savoir que l'idée n'était pas bien fameuse, mais nous mettrons ça sur le dos de son côté aventurière du dimanche.
Après tout la trentaine, qu'on appelle l'âge de raison, est tout de même encore loin, elle peut bien se permettre quelques folies. C'est sans compter son corps qui la rappelle à l'ordre, continuellement. Il est tout juste treize heure du matin quand son réveil sonne, à moins que ce ne soit son téléphone, dans tous les cas elle manque l'appel. Ses doigts s'agitent pour trouver la source du vacarme assourdissant qui l'empêche de finir sa sieste, entamée à six heures du matin, après une soirée arrosée avec quelques collègues.

C'est le fin rayon de soleil qui s'immisce dans sa chambre, sans y avoir été invité au préalable, qui vient la réveiller sans ménagement. Il vient taper sa paupière, griffant l'oeil irrité en-dessous qui finit par apparaître, vitreux. Rambo ne serait pas plus fière d'elle qu'à cet instant, quand elle parvient à se hisser sur ses avant-bras, pour grogner contre le rideau mal fermé, comme s'il était soudainement doué de vie et capable de lui barrer la vue du jour qui s'étale de l'autre côté de sa vitre. La joue marquée par les plis du drap, de la bave séchée au coin de la lèvre qui laisse une traînée jusqu'au menton, Jodie à l'élégance de ces filles qui ont, depuis bien longtemps, mis fin à cette idée stupide que tout être pourvu d'un utérus était lié, de près ou de loin, à une princesse. Jodie c'est plutôt le crapaud, celui qu'on embrasse sans succès, qui préfère rester poisseux et trainer dans sa marre boueuse, à chanter au clar de lune sur un nénuphar, accompagné au saxophone par un aligator. Ca ferait un bon scénario de film ça, à noter quelque part.
Cheveux en pétard, elle devine facilement la réflexion de sa mère si elle la voyait ainsi, à critiquer sa coupe trop courte dont elle ne prend pas soin. Jamais le temps, qu'elle réplique constamment. Le temps de rien. La vérité est triste derrière cet argument; si Jodie s'arrête pour prendre le temps, elle sait qu'elle va ouvrir la porte à trop de choses, à trop d'ombres qui planent encore là.. Qui s'effacent seulement un peu quand la lumière de Savana vient l'éclairer.

Et ça lui revient. Le bruit qu'elle entend, qui lui paraît assourdissant, c'est l'aspirateur que doit être en train de passer sa colocataire.. A moins que ça ne soit le voisin qui ait décidé de venir faire un brin de ménage avant de squatter. Par sécurité, Jodie enfile un pantalon troué par-dessus sa culotte winnie l'ourson, très peu emballée par l'idée de croiser le copain de sa Savana dans une tenue inappropriée. Jodie est sans-gêne, mais elle connaît tout de même les limites de la bienséance. Puis, surtout, sa culotte est abimée et ça ne le fait pas trop. "Tu décolles à quelle heure !?" Elle émerge dans le salon, une main collée sur son oeil droit, celui qui refuse encore de s'ouvrir pour affronter la dure réalité de ce réveil catastrophique et, ainsi, accentuer la migraine qui pointe, lancinante, sournoise. "T'es bien matinale, jeune fille.." Car Jodie fait partie de ces gens qui considèrent que jusqu'à quatorze heure, c'est encore la matinée. Les horaires décalées, la vie de serveuse abonnée aux horaires de nuit.. Les excuses sont toutes bonnes pour retomber sur ses pattes.


*Remind me once again just who I am because I need to know.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Savana Whitaker

Savana Whitaker
( ‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE. )
›› Cap Harbor since : 17/03/2019
›› Commérages : 601
›› Pseudo : oxalys (Sophie)
›› Célébrité : natalia dyer
›› Schizophrénie : holden roth (j. dornan)
Jovana ¤ gold Vide

Re: Jovana ¤ gold ✻ ( Ven 20 Sep - 22:37 )




rencontre
Le fait, pour deux personnes, de se trouver (par hasard ou non) en contact.

sadie

Elle ne sait même pas comment elle a bien pu faire pour rentrer à son appartement sans réveiller la ville entière avec le bruit de grincement que fait sa voiture depuis quelques jours. Chaque jour, elle se dit qu’elle doit envoyer un message à Liam ou même l’appeler, encore que le mieux serait sûrement d’aller le voir ou plutôt attendre qu’il se pointe à la porte en face de la sienne. Parce qu’elle ne donne pas cher de sa peau et surtout de ses poumons si elle se pointe chez lui, avec le chat de Sebastian qui va venir se frotter a elle alors qu’elle est allergique. C’est avec ce genre de comportement qu’elle sait parfaitement que les animaux ont monté un complot judéo-maçonnique contre sa personne. Mais pas seulement elle en réalité ! Contre toutes ses personnes qui sont allergiques comme elle, ou celles qui ont peur des animaux comme elle. Dans le fond, elle se dit que si son petit ami n’est pas mécanicien. Le fait qu’il change aussi facilement de voiture que de chemise lui donne une chance supérieure à elle dans les connaissances de la mécanique. Alors autant profiter de cet avantage qu’il lui offre bien qu’il lui offre d’autres avantages dont elle ne fera pas étalage ici (parce que c’est trop long vous risquez d’être choqué par l’atout majeur du jeune homme), mais qui lui plaît tout autant si ce n’est plus ! Seulement lorsqu’elle se gare enfin sur le parking du lotissement et qu’elle regarde l’heure qu’affiche son téléphone, il est bien trop tôt pour qu’elle lui envoie un message maintenant. Pas qu’il ne serait pas réveillé, parce qu’il est sûrement bientôt l’heure pour qu’il se prépare à aller travailler. Le souci se trouve justement être dans ce détail ! Au moment où lui va attaquer sa journée, elle la termine seulement. Parce qu’elle a travaillé en poste de nuit, qu’elle est exténuer et qu’elle ne rêve que de son lit. Il pourrait bien lui proposer un petit-déjeuner avec avantage qu’elle refuserait parce qu’elle ne rêve que de son lit à cet instant. Même si elle ajouterait bien une petite note à la proposition, dans la possibilité de réévaluer la réponse après avoir dormi quelques heures.

Quelques heures, c’est bel et bien ce qu’elle a dormi. Si Savana n’a eu aucun mal à fermer l’œil. Rester à dormir paisiblement a été une autre paire de manches. Faut avouer que son rythme de travail à bien changer durant la grande période de juillet et août. Et recommencer avec des nuits, c’est loin d’être ce qui repose le plus. Il lui faut du temps à son corps, pour retrouver le rythme si tant est qu’elle arrive réellement à le trouver à un moment donné. Parce que c’est là qu’elle le sent passer, le coup de vieux. Le quart de siècle qui a passer et sa capacité à récupérer qui a déjà quelque peu diminuer. Même si elle n’a jamais était une grande adepte des nuit blanches avec la journée complète, on s’entend parce que le travail en poste donne forcement des nuits blanches, elle se souvient d’une époque où elle sortait prendre le café avec les collègues à la sortie d’une nuit. Ou elle ce coucher seulement sur les coups de dix heures pour se réveiller deux ou trois heures plus tard et enchaîner sur une seconde journée. Mais elle sentait bien que son corps n’en était plus capable. Et pourtant voilà qu’elle était déjà réveillée, après seulement cinq petites heures de sommeil. Elle savait que Jodie dormait encore, pire ! Elle savait aussi qu’elle était rentrée tard et avait sûrement. Comment est-ce qu’elle le savait ? Parce qu’elle entendait sa colocataire ronfler à travers les cloisons. Et onze mois de colocation avec elle, lui avait après que l’alcool faisait ronfler la Olliver. Alors elle n’avait pas vraiment de doutes sur ce sujet. Par respect, elle s’était préparé le petit-déjeuner aussi silencieusement que possible, même si elle se doutait qu’elle n’allait pas se réveiller si facilement avec le simple bruit d’une tasse sur le plan de travail ou de la cafetière qui lui crache son jus. Mais elle fait preuve de patience la Whitaker. Parce qu’elle va devoir attendre encore un peu avant de pouvoir s’adonner à son rituel matinal ! Celui par qui elle ne peut pas commencer correctement sa journée. Sa maniaquerie qui contrôle son emploi du temps lorsqu’elle se trouve à l’appartement.

Elle tien finalement jusqu’aux environs de treize heures. Elle se dit que de toute façon, sa meilleure amie a bien assez dormis à partir de maintenant, alors elle s’arme de l’aspirateur et s’occupe de la moindre parcelle, du moindre recoin, de la moindre poussière qui croise son chemin et surtout son œil expert ! Elle n’entend pas la porte de la chambre s’ouvrir, et la voix de Jodie dans son dos l’a fait sursauter. Petite frayeur matinale. « Je suis de nuit, donc j’ai encore le temps. » Qu’elle avoue à sa coloc’ qui ne semble pas avoir vu qu’elle était présente à l’appartement hier sur les mêmes horaires qu’elle ou presque ! Si elle n’avait pas un appartement à décaper, elle s’en offusquerait presque. L’amie qu’elle est laisse le manche de l’aspirateur pour aller préparer un jus dans la cuisine. Un jus dont elle seul à le secret, mais suffisamment efficace pour que sa meilleure amie ne se tape pas une gueule de bois carabinée. « Et que dire de toi ! » Elle s’avance vers Jodie le verre à la maison avant de le lui tendre. « Cul-sec, allé hop. » Qu’elle lui dit. Non vraiment, un jour, il faudrait qu’elle discute avec Jodie de cette médaille de la meilleure amie qu’elle devrait lui décerner !
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Jodie Olliver

Jodie Olliver
( ‹ I'M A SPECIAL KIND. )
›› Cap Harbor since : 19/09/2019
›› Commérages : 66
›› Pseudo : falling_river
›› Célébrité : Shailene bae Woodley
Jovana ¤ gold Vide

Re: Jovana ¤ gold ✻ ( Lun 23 Sep - 14:51 )




amitié
sentiment réciproque d'affection ou de sympathie qui ne se fonde ni sur la parenté ni sur l'attrait sexuel.

savana & jodie

Elle s'appuie contre le mur, qui fait l'angle, à l'entrée du salon, en regardant Savana astiquer et aspirer les minuscules particules qui doivent encore traîner au sol depuis leur dernier coup de ménage. Jodie ne serait pas autant dans les vapes, elle lui avouerait sans doute qu'elle n'a pas besoin de faire tout ça, la brunette a passé le balai dans l'appartement il y a moins de deux jours, mais Savana étant ce qu'elle est, elle sait très bien qu'elle trouvera quand même un grain de poussière a qui faire la guerre. Aussi, elle se tait et se contente de laisser un baillement démentiel lui éclater la mandibule, déclenchant une légère douleur à sa mâchoire inférieure, rien qui ne soit particulièrement handicapant par rapport à la migraine qui se développe jusqu'à sa nuque. Un sourire émerge malgré tout, quand sa camarade lui répond, visiblement à des années lumières de l'ironie de la question précédente. Certains se seraient offusqués de faire face à une personne qui ne capte pas toujours, on va dire une fois sur deux, les sarcames dont elle emplit toujours ses monologues ou dont elle agrément ses conversations. "Je m'en doute, je parlais du bruit de réacteur de l'aspirateur." Ressemblant à s'y méprendre à un avion, même si la vision de Savana en pilote est assez amusante, ce qui ne l'enchante pas vraiment. Non seulement elle n'aime pas vraiment voler, bien qu'elle adore les voyages, mais en plus elle supporte mal le bruit de l'aspirateur; un comble quand on est incapable de vivre dans la crasse. Jodie est plutôt du genre à passer le balai, au moins elle peut prétendre être une sorcière une fois le ménage fini - on s'amuse d'un rien quand on est encore un enfant, ne jugez pas avant de l'avoir vu en chaussette se laisser glisser sur le sol, le manche entre les jambes (pervers s'abstenir de commentaires).

S'étirant de tout son long, vertèbres qui craquent en se remettant à leur place initiale, Jodie traine des pieds pour suivre Savana sur une courte distante, l'appel du canapé étant plus fort que la curiosité. Ses fesses trouvent réconfort sur l'accoudoir du mobilier, lui laissant une vue quasi parfaite sur les mouvements de son amie dans la cuisine, sourcils froncés quand elle comprend ce qui l'attend. "Ne me dis jamais ce que tu mets dedans, attend mon dernier soupir pour me l'avouer.." C'est pas que c'est dégueulasse, parce qu'avec une gueule de bois, tout a un goût de chiottes, mais c'est pas non plus le meilleur truc qu'elle ait eu à boire et pourtant elle a bu des boissons. Le seul avantage à ça, c'est que c'est réellement merveilleux, si bien que Jodie s'étonne encore que Savana n'ait pas vendu la recette à une multinationale pour aider les millions de gens en perpétuelle cuite. Quoique, égoïstement, elle préfère être la seule sauvée par cette mixture digne de Ma Sorcière Bien Aimée. "Remue le bout de ton nez, pour voir.. J'essaie de confirmer une hypothèse." Elle se passe la main dans les cheveux et observe le visage de Savana avant de lever son verre et d'avaler cul-sec la boisson réparatrice. Elle soupire une fois le liquide ingurgité, qu'elle sent passer dans ses tuyaux pour déboucher le tout. "Tu mérites une statue, on devrait remplacer celle de la Liberté j'pense." Elle rit, doucement avant de se laisser tomber dans le canapé.

Son téléphone sonne, au loin et elle souffle un coup en grimaçant. "Tu croiras jamais le gars que j'ai rencontré hier soir.. Un vrai couillon." De ses mains, elle mime une explosion au niveau de son crâne, manière bien à elle de signifier à quel point le type était incroyablement hallucinant... Et pas dans le sens positif. D'aucune se serait découragée et aurait cessé d'aller sur ce site de rencontre minable sur lequel elle s'est inscrite, parce que gratuit, mais Jodie aime les cas désespérés - entrant elle-même dans la catégorie - et elle trouvera surement chaussure à son pieds en épluchant les annonces foireuses du site. Ca l'amuse plus qu'autre chose, pour être honnête, parce que si Jodie n'y trouvait aucun amusement, elle cesserait, aussi elle est loin d'être à plaindre bien qu'elle en joue auprès de qui veut bien l'écouter.


*Remind me once again just who I am because I need to know.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
( )
Jovana ¤ gold Vide

Re: Jovana ¤ gold ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Jovana ¤ gold


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération