Opale ¤ Interview

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Jodie Olliver

Jodie Olliver
( ‹ I'M A SPECIAL KIND. )
›› Cap Harbor since : 19/09/2019
›› Commérages : 66
›› Pseudo : falling_river
›› Célébrité : Shailene bae Woodley
Opale ¤ Interview Vide

Opale ¤ Interview ✻ ( Lun 23 Sep - 12:20 )




Interview

Opale & Jodie

Il faut savoir que Jodie a la manie, que certains qualifiraient de désagréable, de refuser de décrocher son téléphone lorsqu'un numéro apparaît qui ne soit pas dans son carnet de contacts. Aussi, quand son portable s'est mis à vibrer les deux premières fois la brunette, après avoir jeté un oeil à l'écran, a choisi de verrouiller l'appareil pour couper l'appel sans pour autant raccrocher brutalement au nez de l'interlocuteur mystère. Des principes; elle ne décrochera pas certes, mais elle n'est pas un homme de cromagon au point de clairement lui signifier que l'appel la gêne, qui que ce soit à l'autre bout du fil. Gentleman, la gonzesse. Excepté que les jours ont passé et les appels ont continué, moins réguliers, mais toujours aussi persistants jusqu'à ce que le regard de Savana - curieuse de voir le téléphone de son amie s'éclairer continuellement -, se pose sur l'écran pour reconnaître le numéro. Celui d'Opale. Le mystère s'épaississant et les appels se faisant moins nombreux, jusqu'à ce que le téléphone ne sonne plus du tout, c'est Jodie qui a du prendre le relais pour essayer de contacter la soeur de son amie. Les jours suivants l'ont coincé dans une sensation assez désagréable, avec cette impression tordue d'être constamment assise le cul entre deux chaises et pas que littéralement. Pas qu'Opale l'inquiète, quoique pour le peu qu'elle en avait vu, la jeune femme semblait aussi farfelue qu'elle - du moins d'après les commentaires des gens qu'elle croisait et bien que la Olliver luttait contre ce descriptif de sa propre personne, elle avait fini par s'y faire... Seulement parce que le mot farfelue se rapprochait de farfadet et que, pendant longtemps dans son enfance, elle avait eu une certaine obsession pour ces petites créatures mystiques. Cela dit Jodie ayant certains côtés asocial, uniquement parce que rencontrer quelqu'un de nouveau c'est devoir faire de la place dans sa mémoire foireuse, en oubliant quelque chose pour se souvenir d'un prénom, l'idée qu'Opale cherche le contact l'inquiétait, vraiment. C'est l'inclure dans la famille, alors est-ce que Jodie est vraiment prête à porter sa relation avec Savana sur ce terrain ? D'accord, c'est penser comme un potentiel love interest et c'est loin d'être le cas, même si parfois les deux femmes ont l'impression de vivre une relation de vieux couple à la retraite. Le fait est que si Jodie a eu des amies par le passé, beaucoup du temps des études et moins durant sa relation catastrophique, elle ne s'est jamais intégrée aux familles des autres; elle a encore du mal à gérer sa propre mère, alors devoir gérer celle des autres, ou n'importe quel membre de la famille de ses camarades.

Pourtant elle a fais l'effort, gigantesque, de reprendre une énième fois son téléphone pour tenter de rappeler Opale, persuadée que cette-dernière s'est vengée en laissant sonner dans le vide. Et en moins de temps qu'il n'en faut, Jodie s'est retrouvée avec un rencard - oui, le terme est mal choisi, mais et alors ? - sur les bras avec la soeur de sa meilleure amie. Le terme la fait sourire en y pensant, parce que jusqu'à maintenant, Savana n'était qu'une colocataire, pourtant il lui faut bien faire face à la réalité; le coup de foudre n'est pas seulement amoureux, il existe aussi en amitié et il surprend tout autant. Ce jour-là, Jodie enchaine les essayages vestimentaires, persuadée que son allure aura autant d'intérêt que ses paroles; quoiqu'à y réflécir, Opale l'a déjà croisé en culotte et pas forcément la meilleure ni la plus propre. Le physique n'est donc sans doute pas aussi important et la salopette qu'elle enfile finit de la convaincre qu'elle ferait mieux d'être à l'aise que jolie et présentable. Savana est la plus sortable de leur duo, autant continuer comme ça.

Etrangement, l'idée de rencontrer officiellement la soeur de son amie la stressant plus qu'elle n'aurait cru, Jodie se décide à sortir de son trou, brisant le rituel du jour de repos qu'elle passe à glander sur le canapé, elle décide de s'échapper de l'appartement pour boire un café. Le cinquième de la matinée, bien qu'elle s'offre le luxe, cette fois, d'y faire ajouter de la crème par le charmant serveur qui s'occupe de son gobelet. Un bouquin à la main - à l'intitulé bidon et au contenu faussement thérapeutique sur comment résoudre ses problemes d'attachements sentimentaux et vaincre sa peur des moutons -, Jodie s'installe à la terrasse, tranquillement, un regard à gauche et à droite pour mordre dans son cronuts. Ce truc est immonde, mais elle adore les trucs immondes visiblement, qui pourrait la juger ? "Opale ?" Son regard se lève vers la silhouette qui lui cache le soleil timide, un geste vif pour planquer le bouquin sous ses fesses, comme honteuse, avant d'être abasourdie par sa bêtise et son geste. Un regard sur sa montre et elle arque un sourcil; "On avait pas rendez-vous ce soir ? elle machouille l'intérieur de sa joue, tu veux un bout de mon cronuts ?" Elle lui tend la coupelle dans laquelle tient son ignoble pâtisserie.


*Remind me once again just who I am because I need to know.
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Opale Atkins

Opale Atkins
( ‹ I'M A SPECIAL KIND. )
›› Cap Harbor since : 10/03/2019
›› Commérages : 112
›› Pseudo : Bubulle
›› Célébrité : Emilia Clarke
›› Schizophrénie : Silvia Wilde
Opale ¤ Interview Vide

Re: Opale ¤ Interview ✻ ( Lun 30 Sep - 23:24 )

InterviewJodie & Opale
Je suis maître d'hôtel au restaurant d' la vie, passez commande au creux d' mon oreille, j' me coupe en quatre pour mes amis !
"Seigneur, nous sommes à votre service", ordonnez, Ô Prince, Ô Roi ! C'est un plaisir, de vous servir, reprenez un peu de baklava
( Aladdin→ Je suis ton meilleur ami )
•••

Elle allait la faire mariner.

Ça ouais, et longtemps en plus de ça. En général, Opale n'appelait pas plus de trois fois. Simple règle simple pour avoir simplement un peu de dignité. Opale n'avait jamais appelé plus de trois fois, c'était sa règle. Au bout de trois fois, elle estimait que la personne qu'elle tentait de joindre n'en avait rien à faire de sa jolie tête brune et abandonnait comme s'il ne s'était jamais rien passé. C'était puéril, certes, mais c'était une façon efficace de préserver son ego surdimensionné et son estime d'elle-même. Mais pourtant, cette fois, elle avait brisé cette règle. Elle l'avait envoyé valsé, avait fait résonner le message du répondeur une bonne vingtaine de fois, si ce n'est plus. Et à chaque fois, à chaque fois, elle avait été plus énervée que la précédente. Cette règle, elle l'avait brisé pour la jeune femme affalée sous ses yeux sur la terrasse et en train de lire un stupide bouquin thérapeutique qu'elle détestait et sur lesquels elle aimait faire de longs discours inutiles en arguant que ces pseudos auteurs s'enrichissaient sur le dos des pauvres gens malheureux et en manque de confiance et que ce n'était même pas de la vraie écriture et blablablabla... Opale quoi. Ses lunettes de soleil sur le nez, elle se demandait sincèrement si elle devait atterrir dès maintenant sur cette pauvre Jodie comme un boulet de canon. Après tout, leur rendez-vous était fixé bien plus tard et même pas à cet endroit là. Mais bon, Jodie était là, elle était là, autant en profiter pour rattraper le temps perdu.

Ah oui, donc. Elles en avaient perdu du temps à s'ignorer mutuellement.

Du moins, la brune pensait qu'on l'avait ignorée. Elle en tout cas, elle, elle l'avait fait poireauté longtemps avant de décrocher son téléphone. Simple vengeance, puisqu'elle avait tout de même envoyé péter la règle des trois appels pour elle et qu'elle n'avait pris le temps de lui répondre qu'au bout du cinquantième.

Et pourquoi ce harcèlement, alors ?

Parce que Jodie était la meilleure amie de Savana et qu'elle était par conséquent, un possible danger pour petite sœur. Evidemment, elle s'était assurée depuis longtemps qu'elle n'était pas une dangereuse sociopathe en cavale ou une violeuse en série fraîchement sortie de prison, mais elle n'avait pas encore fait l'évaluation morale de la jeune femme ce qui était presque scandaleux compte tenu de la place qu'elle tenait désormais dans la vie de sa sœur. Alors Opale, elle avait décidé de régler ce problème. Or, quand elle décidait de régler un problème, elle le faisait jusqu'au bout. Peut-être qu'elle avait aussi envie d'apprendre à la connaitre, mais ça ce serait plus tard quand elle aurait fini de jouer à Inspecteur Columbo.

C'était sûrement pour cette raison que perchée sur ses talons de femme sérieuse, Opale toisait Jodie de tout sa petite hauteur et attendait que le lien se fasse dans le cerveau de la jeune femme. Ce qui ne tarda pas.

- Oui, pas le pape. Si c'était le cas je serai sûrement pas là, à te regarder bouffer un truc bizarre.

Elle se la pétait, elle se la pétait grave avec ses super lunettes de soleil qui allaient bien avec les talons de femme sérieuse. D'ailleurs au moment de s’asseoir, l'un d'eux glissa sur quelque chose de visqueux et manqua d'emmener leur propriétaire vers d'autres contrées. Heureusement, la brune se rattrapa à la table et s'assit comme si de rien n'était. Opale tentait tant bien que mal d'appliquer la première phase de son plan, l'intimidation.

- Et si, on avait rendez-vous plus tard, mais j'aime bien avoir quelques heures d'avance sur tous mes rendez-vous. Ça m'aide à m'organiser, planning chargé tu comprends.

Intéressant quand on considérait qu'elle avait passé sa journée vautrée dans son canapé à lire des bouquins bien différents de ceux qu'elle était censée lire pour le boulot. En redressant ses lunettes de soleil, elle avisa le cronuts que lui présentait Jodie et haussa les épaules en se disant qu'elle avait vachement faim et que c'était très gentiment proposé alors... elle en prit un bout, oubliant sa façade de grande sœur protectrice/sérieuse/ayant réussi sa vie/vraiment très sérieuse pour un instant.

- Putain, mais c'est super bon !

Et là, elle s'en rappelait.

- Enfin je veux dire... pas mal.

Oui oui. C'est ça.

- Je pensais que c'était important qu'on discute, toi et moi. Étant donné que ça fait un moment que tu fréquentes Savana, ma sœur.

Elle retira ses lunettes à ce moment là, suspicieuse. Un peu comme dans les films d'agent secret mais en raté.

- Et comme tu sembles importante pour elle je voulais savoir... pourquoi. Et apprendre à te connaitre. Parce que je veux faire partie de sa vie et de celles de ses amis. Tu piges ? Et je vais prendre un cronuts comme la demoiselle, s'il vous plait. Deux en fait, parce qu'elle a bientôt fini le sien.

La dernière partie de son discours s'adressait bien entendu au serveur qui était apparu de nulle part et qui venait prendre leur commande, du moins elle espérait que c'était le cas parce qu'elle aurait bien l'air d'une conne sinon.

- Alors, pourquoi tu répondais pas à mes appels ?

Et voilà, l'interrogatoire commençait. Avec un peu de chance, il se transformerait en interview.
:copyright: 2981 12289 0




In these stolen moments, the world is mine
J'ai mis des sons, des rires et des airs, tout ça dans un grand sac de verre. J'ai pris mes clics, et mes chimères. Je suis partie jusqu'au bout de la terre.

Justayne
Revenir en haut Aller en bas

Opale ¤ Interview


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération